de Saint-Hippolyte du Fort et d'ailleurs
La Gazette de Croix-Haute, un quartier de St-Hippolyte du Fort
Rechercher
Fontaine de la Canourgue à St-Hippolyte du Fort

La cité aux 40 fontaines – V

Redécouvrir le patrimoine pour mieux vivre au présent.

Extrait des cahiers du Haut Vidourle n° 10 - juin 2000

L’un des enjeux majeurs du troisième millénaire sera, à n’en pas douter, la gestion quantitative et qualitative de l’eau.

Depuis toujours l’eau, source de vie, a été au centre des préoccupations des hommes, tels les premiers Cigalois implantant leurs habitations sur les berges du Vidourle, captant les nombreuses sources et acheminant cette eau qui allait contribuer au développement de leur cité et à son essor industriel rapide.

Des ouvrages d’adduction remarquables furent ainsi construits permettant de desservir la quasi-totalité des habitants de Saint-Hippolyte, ouvrages pour certains aujourd’hui supplantés par le réseau d’eau potable.

Tous ces témoignages d’une activité, de savoir-faire révolus, au même titre que ces moulins, ces forges, ces fours à chaux, ces paysages alentour façonnés par la main de l’Homme, sont ainsi tombés peu à peu en désuétude.

C’est pour faire revivre ce patrimoine, que la Charte intercommunale Cévennes-Salavès a décidé de s’engager dans un processus de valorisation de ces éléments réalisés dans la noblesse de l’art et communément appelés “Petit Patrimoine Rural”.

Véritable projet de territoire dans le respect de l’identité locale, cette action vise à donner au patrimoine toute sa dimension touristico-culturelle et à l’utiliser comme vecteur déterminant pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes en recherche d’emploi.

C’est ainsi qu’actuellement sont nettoyées et remises en état la source du Mas d’lcard et ses canalisations, grâce à une équipe de personnes en réinsertion.

Quelle que soit la signification octroyée au mot patrimoine, définition d’ordre économique, sociopolitique ou tout simplement étymologique, chacune développe des notions de bien matériel ou immatériel, de gestion et de valorisation Le patrimoine apparaît bien là comme une ressource transmise par les générations passées qu’il est nécessaire de gérer en « bon père de famille », mais aussi et surtout de faire vivre afin de la transmettre à notre tour.

Bruno OLIVIERI
Directeur de la Charte intercommunale Cévennes-Salavès

FIN DE CITATION
(Le texte ci-dessus correspond à un extrait des Cahiers du Haut-Vidourle n°10 – juin 2000 ; pp. 18-19)

Depuis 2008, l’auteur de ce communiqué en est à son troisième mandat de maire de St-Hippolyte. On est donc surpris de constater que le système des fontaines cigaloises n’ait pas été un minimum entretenu voire réhabilité.

Aujourd’hui, la quasi-totalité des fontaines est effectivement à l’arrêt, en piteux état (voire condamnées) alors qu’il n’y a plus aucune imposition préfectorale en matière de restriction d’eau (1).

C’est aussi sous le mandat de Monsieur OLIVIERI qu’a été demandé le déplacement de la fontaine du Plan et que la fontaine de la Canourgue a, à son tour, été déconnectée de son réseau d’égoutiers (2).

Jeroen van der Goot 21 février 2024

(1) Suivi des restrictions d’eau en temps réel pour les particuliers

(2) Le trop-plein de chacune des fontaines cigaloises a fait l’objet d’importantes transactions par le passé. Avant toute initiative au nom de la collectivité, en « bon père de famille », il convient d’éclaircir ce point juridique.

(A suivre)

error: Content is protected !!
Retour en haut