de Saint-Hippolyte du Fort et d'ailleurs
Pierres de justice

Patrimoine : Pierres de Justice

A la campagne comme en ville, patrimoine historique.

Les pierres de justice existent depuis la nuit des temps. Leurs formes ont évolué, ainsi que leurs usages et leurs emplacements.

On les retrouve ainsi dans les campagnes comme en ville.

Selon les époques et les lieux, on y déclamait des textes de lois, jugeait des personnes ostracisées par la communauté, voire infligeait des châtiments corporels qui pouvaient se solder par une mise à mort.

Les romains les auraient également utilisées. Ce pour exposer les persona non grata, invitées à quitter les lieux.

Afin que chacun se souvienne à tout jamais de leurs traits, ces personnes étaient présentées au public pendant plusieurs jours, avant d’être définitivement expulsées.

Il existe une pierre de la sorte à Sommières, en rive de la Place du Marché. Elle passe pour être une pierre d’encan ; c’est-à-dire un podium depuis lequel on menait des ventes aux enchères publiques.

Étant donnée la proximité du pont augustéen, on peut cependant penser qu’elle ait, avant cela, été utilisée comme à Rome.

Parlant de personnes bannies : il est intéressant de noter que le terme de « ban » renverrait directement à la notion de pierre de justice. Ban(s) signifiant « criée sur la pierre ».

Ce terme a un lien, donc, avec la loi voire à des obligations, comme la publication des bans ; ou encore avec la banlieue, c’est-à-dire le périmètre auquel s’appliquait un ban, qui venait généralement sous la forme d’un impôt.

Donc, quand vous entendrez parler d’une voiture banalisée : méfiez-vous !

Illustration : Pierre de justice à Soral (Suisse).

Crédits photo : monhistoire.ch

Jeroen van der Goot  juin 2024

Notes personnelles :

https://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1947_num_105_2_9778

https://notrehistoire.ch/entries/gzaY2xPd8vd

 

error: Content is protected !!
Retour en haut