de Saint-Hippolyte du Fort et d'ailleurs
Le quartier de Croix-Haute
Croix-Haute en 1693 à St-Hippolyte du Fort

Place du 4 Septembre

La place de Croix-Haute à St-Hippolyte du Fort

Au-delà de son patrimoine exceptionnel, St-Hippolyte a pour particularité de nous rappeler l’importance des mots. On y découvre encore, ici et là, des appellations telles que Fond-de-Ville, Cap-de-Ville, Bout-de-Ville. Á cette merveilleuse brochette de noms, Alain Bloch et Camille Sauvant ont malicieusement rajouté leur Galerie du Bout-du-Monde, indiquant par-là que, loin de tous, notre bourg a su préserver son identité.

Nous sommes donc nombreux à être sensibles aux mots, même simples. Cela démontre combien nous sommes en quête de sens et d’identité. Nous ne devons donc surtout pas céder à la tentation des modes laminant l’exception que représente notre milieu.

Du fait que la mention « 4 septembre » ne précise pas l’année, on comprend que la date était, un temps, connue de tous. Une évidence à l’époque, mais pas pour nous.

Au-delà de cette date, il est intéressant de se poser la question de l’étymologie du mot « place ». Le latin populaire renvoyant à une altération, on comprend que la définition retenue prenait en compte les réalités que présente tout étalement urbain. Petit à petit, chacun construisait tout d’abord sa maison, sans vision particulière au niveau de l’ensemble constitué. Puis, en fonction des besoins, on décidait de raser des parts du bâti qu’il conviendrait de restituer à l’usage public.

C’est exactement comme cela qu’a été défini notre Place de la Canourgue et, vraisemblablement, celle du 4 septembre. Rares sont donc les places qui ont été planifiées au moment de la définition des villes. Il n’y a donc que les villes nouvelles qui soient dans ce cas, ou encore des colonies planifiées, comme celles des grecs autour de la Méditerranée.

Comme on a vu la mention au 4 septembre ailleurs, on comprend qu’elle ne répond malheureusement pas nécessairement à nos interrogations portant sur l’îlot de bâtisses apparaissant sur l’extrait retranscrit du plan de 1693. On ne sait donc pas de quand date sa démolition. On apprend cependant qu’il n’existait plus au moment de l’inauguration de la place.

Le fait que Croix-Haute constitue l’entrée historique de St-Hippolyte – depuis le sud, semble indiquer que la date ne renvoie pas à un évènement secondaire. De la même manière, on est tenté de penser qu’il ne s’agit pas pour autant d’un évènement de première importance ; sans quoi Le Plan porterait pour surnom Place du Quatre-Septembre, voire l’axe le reliant à la place de la Canourgue.

Ce n’est qu’en ouvrant nos livres d’Histoire qu’on apprend que la proclamation de la république française date du 4 septembre 1870. Des archives municipales, on sait que c’est en séance du 31 août 1871 qu’on a décidé d’ainsi nommer ladite place de Croix-Haute.

Les mots ont une durabilité, aussi difficile à effacer que nos aménagements et nos constructions. Ce qui fait qu’il faut les choisir, voire les définir, avec le plus grand soin, sous peine de passer pour des royalistes.

Jeroen van der Goot janvier 2024

error: Content is protected !!
Retour en haut