de Saint-Hippolyte du Fort et d'ailleurs
Le quartier de Croix-Haute
Détails types (1954)

Les mystères de l’Agal III

Si l’Agal ne coule plus, c’est peut-être du fait des objectifs de limitation qu’on nous fixe. On aurait ainsi eu la main un peu lourde sur la vanne de régulation de la prise d’eau.

D’après un rapport du BRLi, nous aurions, au mois d’août 2016, prélevé près de 42 fois plus d’eau que nos besoins théoriques. Le BRLi avait cependant détaillé comment quelques 25 000 m3 de l’eau du canal étaient encore utilisés par les ayants droit à l’eau du canal.

Comme parallèlement la mise en conformité de l’ouvrage a été estimée à 67 414 €, la décision de condamner l’Agal a paru simple. Mais c’était un peu vite oublier la question du raccordement des WC des riverains au conduit Eternit qui passe… sous le canal.

Donc qu’on se réjouisse : étant donné que non seulement les trappes de visite permettant l’entretien de l’Agal, mais aussi celles au droit du rejet des eaux vannes, sont aujourd’hui recouvertes de goudron, l’Agal ne sera bientôt plus un simple souvenir.

Avec sa section libre d’approximativement 130 x 35 cm de haut), le canal intramuros ne prête pas aux fantasmes.

Pour ce qui est de l’Agal en aval du fort, il est possible que les fondations du gymnase aient en tout cas définitivement impacté le cours de l’eau.

(A suivre)

Jeroen van der Goot novembre 2023

error: Content is protected !!
Retour en haut