de Saint-Hippolyte du Fort et d'ailleurs
Vue depuis la Route d'Alès

Patrimoine hydraulique : réservoir du CROP

Le génie hydraulique cigalois.

Il y a au faubourg de Vidourle, tout en haut de l’ancienne rue, un imposant réservoir d’eau potable. Celui-ci passe aujourd’hui pour être celui du Crop Paul Bouvier.

Sur l’écriteau qu’arbore le monolithe, on lit :
INSTITVT PROTESTANT DE SOVRDS-MVETS
adduction des eaux d’Espaze
1899

L’eau des sources d’Espaze parcourt ainsi quelque 1 500 mètres. Mais comment ?

Le système autonome à base d’anti-clapet a certes été inventé une dizaine d’années avant la réalisation de cette citerne.

Cependant, à voir la maîtrise particulièrement remarquable de l’adduction d’eau à St-Hippolyte, dès 1616*, il y a fort à parier que les eaux d’Espaze aient toujours circulé par simple gravité, avec un passage en siphon sous le Vidourle.

Soit dit en passant, il est tout à fait possible que le réservoir que nous connaissons en remplace un autre, plus ancien.

On se demande bien comment on arrivait à définir, avec autant de précision, les différentes altimétries. Peut-être que cela se faisait avec un ancêtre du baromètre.

Pourtant, le baromètre à mercure n’existerait que depuis 1643 (Torricelli ; Florence). Serait-ce, par conséquent, du fait d’un art romain ou persan, aujourd’hui perdu ?

Ou, serait-ce un savoir-faire que les Sarrasins nous ont apporté dans leurs bagages depuis Al-Andalus ? Car, ne l’oublions pas, il y a une tour d’origine sarrasine à St-Roman-de-Codières.

* Cf. La cité aux 70 fontaines – III (Gazette de Croix-Haute)

Jeroen van der Goot  juillet 2024

error: Content is protected !!
Retour en haut