de Saint-Hippolyte du Fort et d'ailleurs
La Gazette de Croix-Haute, un quartier de St-Hippolyte du Fort
Rechercher
Sémantique et ombres chinoises

Tour de Babel revisitée

Sémantique et ombres chinoises.

Etant donnée l’inconscience collective en matière d’écologie, il m’a semblé intéressant d’en chercher les raisons.

Que ce soit le judaïsme, la chrétienté ou l’islam, tous s’appuient sur la religion abrahamique.

Du fait de l’extraordinaire apparence de Noé, son père aurait soupçonné son épouse d’avoir copulé avec un ange.

De son propre père et de son grand-père, Noé aurait tenu que des anges se sont, un temps, unis avec des femmes humaines.

Au cours de ses tribulations, Gilgamesh (1) rencontre un vieillard qui, lui aussi, aurait surmonté l’épreuve du Déluge. Selon la tradition babylonienne, il s’agit de Uta-Napisthim – Le lointain et, de Ziusudra – Jours à la vie prolongée, selon la tradition sumérienne. Gilgamesh espère lui soutirer le secret de son immortalité.

Du fait d’une possible coïncidence de générations, on peut penser Ziusudra et Noé n’aient formé qu’un seul et même personnage. Mais ce serait oublier qu’il y aurait eu près de 1400 de ces êtres.

Quoiqu’il en soit, devant l’ampleur de la tâche, on peut penser que l’épreuve ait été mûrement planifiée, à la façon d’une Opération Moonraker (2).

Avec le temps, Ziusudra se métamorphose en Zarathoustra, personnage autour duquel se forme la première religion monothéiste (3).

Plusieurs millénaires plus tard, Nietzsche extrait des limbes ledit prophète du zoroastrisme. Dans le prolongement des grecs – à qui on doit le concept du héros, il fait de Zarathoustra un surhomme. Le hasard aidant, on retourne le Z pour les Sozis (4) d’Hitler, marquant ainsi d’un caractère divin l’entreprise.

Face aux hommes sous l’emprise du dieu Chaos, on finit par doter tous les preux chevaliers d’auras, de plus en plus sophistiquées. Deux cultes (5) ne tardent pas à se distinguer : celui qui s’appuie essentiellement sur la technologie et, celui qui pratique des méthodes dites douces.

En toute bible, nous voyons un recueil de références, d’exemples suggérés.

Ce que nous rappelle pourtant le terme retenu pour désigner ce type d’ouvrage, c’est qu’il requiert une interprétation de notre part. En termes d’étymologie, le terme bible renvoie effectivement aussi bien à la Porte, par laquelle s’envolent les oiseaux (6), qu’au bredouillement de l’Homme.

Les premiers sumériens vénéraient plusieurs dieux. Leur principal culte portait sur celui de la lune, dont la sœur était le soleil, le père le vent et le grand-père était An.

Bien que le nom de ce dernier renvoie à l’idée du grand horloger c’est, paradoxalement, lui qui est le premier à être relégué à un rôle de métaphore.

La brève histoire de l’humanité, telle que contée dans l’illustration, se termine par une question. Afin de revenir sur le droit chemin, ne convient-il pas de remettre en cause certains de nos fondamentaux ?

Du temps d’Aristote (7), on était persuadé que le cœur faisait office de cerveau – d’où la popularité du pictogramme. On peut dès lors y voir un des points d’inflexion dévoyant vers le mythe de la machine (8).

Être ou ne pas être ? Pour prendre conscience de la mesure, il faut conjuguer le verbe être avec le verbe avoir.

Pour l’écrire autrement, E et ɛ sont séparés par un facteur m (la mesure), dont le point de bascule dépend de notre sensibilité, voire de notre conscience.

  1. Epopée de Gilgamesh : récit épique de la Mésopotamie, retrouvé sur plusieurs tablettes d’argile.
  2. Opération Moonraker (Ian Fleming)
  3. Zarathoustra apparait dans l’Avesta (Perse) ainsi que le Veda (Inde).
  4. Le terme nazi correspond à une contraction de Nationalsozialist. Les Sozis sont des socialistes. Quant à Nase, il rappelle, paradoxalement, le côté morveux des bons aryens.
  5. Cycle de Fondation (Isaak Asimov).
  6. Dans la tradition shintoïste, c’est le passage entre l’environnement profane et l’enceinte sacrée.
  7. Ā correspond à une conception non-aristotélicienne de l’auteur de science-fiction A. E. van Vogt. En anglais, la notion de non renvoie vers la valeur zéro.
  8. Lewis Mumford.

Jeroen van der Goot  février 2024

error: Content is protected !!
Retour en haut